Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Articles avec #accouchements catégorie

2016-10-03T15:00:09+02:00

Le Petit Désiré

Publié par GToch
Le Petit Désiré

Pilou4 : DPA pour le 26 Septembre 2016.

Depuis plusieurs semaines, Maman a des contractions, non douloureuses, seulement des bonnes contractions de fin de grossesse. Il y a eu plusieurs jours où les contractions se sont enchaînées, mais cela n'a jamais duré plus de deux ou trois heures. Il faut juste attendre le bon moment **la pire chose des neuf longs mois de grossesse**.

Le 24 Septembre au soir, Papa et Maman n'ont rien trouvé de bien intéressant à la télé, Nous nous faisons une petite soirée DVD.
Vers 22 heures, Maman va faire une pause pipi. Pour la première fois en quatre grossesse **surement dû au fait que le col ne s'est pas ouvert pendant cette grossesse**, Maman a vu à quoi ressemblait le fameux bouchon muqueux. En fait c'est vraiment monstrueusement dégueulasse ! En fait ça ressemble à un "mouchage de nez enrhumé" mais en beaucoup, beaucoup plus gros ! Bref, passons les détails glamours encore et toujours...
Maman ressort des toilettes toute excitée. Vu la date du terme elle se dit que ça ne peut être que bon signe, qu'il ne sera surement pas nécessaire de déloger Pilou4 par la force, qu'il va arriver dans les jours à venir. Elle en parle à Papa, mais il reste impassible... A partir du moment où Maman n'est pas allongée, les jambes écartées, en poussant, il n'y a rien de concret pour lui...
Les contractions des dernières semaines arrivent, toujours non douloureuses, mais elles s'enchaînent environ toutes les dix minutes... Maman décide alors d'entamer la conversation avec Nounou par SMS. Elle ne veut pas la prévenir à la dernière minute, il est tard, les Pilous dorment, alors il faut envisager toutes les possibilités. Maman et Nounou discutent et sont excitées toutes les deux, Papa reste Papa !
Maman profite de la non douleur pour bien faire ses exercices de respiration et Papa commence enfin à la regarder du coin de l’œil... Il n'est pas si impassible que ça Papa !

Vers 23H30, les contractions commencent à bien bien bien chatouiller Maman, c'est l'heure ! Non, Nous ne partons pas à la maternité, mais Papa va réveiller doucement les Pilous pour les descendre chez Nounou. Ils n'aiment pas être réveillés **comme tout le monde**, ils sont fatigués et pleurent. Maman leur explique que Nous les réveillons car le bébé va arriver, alors ça va mieux. Les larmes s'arrêtent, Maman leur fait un dernier bisou, Papa les installe dans la voiture et c'est parti.
Maman reste seule. Assise sur son ballon, les contractions sont présentent toutes les deux à cinq minutes et sont assez douloureuses. Lorsque Maman se lève, les contractions sont plus rapprochées mais la douleur est bien plus facile à gérer. Maman souffle, tranquillement. Elle veut absolument partir le plus tard possible **sans prendre de risque non plus, faut pas pousser mémé dans les orties, il y a quand même 45 minutes de route**.
Papa revient et reprend la suite de la soirée DVD, Maman est sur internet **notamment pour chercher le numéro de la maternité, mieux vaut tard que jamais** et Nous patientons...

Vers minuit et demi, Maman appelle la maternité. Elle leur explique que c'est un quatrième Pilou, que les contractions sont suffisamment rapprochées et douloureuses pour se déplacer d'ici pas longtemps **toujours de la courtoisie que personne ne soit pris au dépourvu**.
Papa et Maman prennent une petite tisane de framboisier **une fois en salle d'accouchement, tout est interdit** et vers une heure du matin, Nous partons !
Le trajet stresse un peu Maman, car sur les 45 minutes de route, Maman n'a eu que trois contractions. Elles étaient bien douloureuses, mais tellement espacées, que Maman a eu peur que tout s'arrête. Mais en marchant jusqu'à l'entrée de la maternité, les contractions se rapprochent légèrement. Maman met ça sur le dos de la position "semi assise" de la voiture et reprend son moral en main.
Un couple arrive en même temps que Nous. Nous les laissons passer car Maman doit souffler. La contraction passée, Nous entrons et prenons l’ascenseur. Nous retrouvons le couple installé en salle d'attente, c'est surement leur premier bébé. Maman n'a absolument pas l'intention de sonner aux "urgences gynéco", Maman prend des raccourcis et sonne directement en salle de naissance. Après tout c'est pour cela qu'elle les prévient avant par téléphone !
Maman et Papa sont bien accueillis, avec les petites questions habituelles, la DPA "demain", les contractions, la pesée et le petit pipi.

Petite parenthèse à méditer : Comment peut-on faire pipi dans un pot de trois centimètres de diamètre lorsque l'on ne voit plus sa nénette depuis déjà trois mois ???
La réponse est simple, on ne peut pas ! Alors il faut y aller au petit bonheur la chance, s'en foutre plein les doigts et espérer qu'il y en aie suffisamment à l'intérieur pour faire l'analyse...
Refermons la parenthèse enchantée...

La SF place Papa et Maman en salle de pré travail, mais Nous allons y rester au plus quatre minutes.
Se déshabiller et s’asseoir péniblement sur le lit : 1 min
Apprendre que Maman a une infection urinaire et qu'elle devra être traitée par la suite : 1 min
Négocier de rester le plus assis possible et se faire examiner : 1 min 30
Entendre "Vous êtes plutôt détendues pour une future Maman qui est déjà à 4, Nous allons directement en salle d'accouchement, Vous avez bien travaillé" : 30 seconde !!!!

Oui, c'est vrai ! Maman va bientôt accoucher et pourtant, l'ambiance est calme, détendue... Maman souffle et Papa attend... Il ne peut rien faire car les contractions ne tirent pas dans le dos mais sont localisées à 100% dans le ventre.
La SF papote avec Maman entre deux contractions, Maman fait du ballon, Papa joue, tout va bien.
Les contractions sont maintenant bien douloureuses, mais toujours toutes les deux ou trois minutes, ce qui permet à Maman de bien récupérer.
Nous sommes arrivés vers 1H45, il est maintenant 3H du matin, Maman doit se faire examiner encore une fois. Maman se lève de son ballon, ce qui entraîne une contraction puis Maman sent comme une grosse bulle se former et "ploc". La poche des eaux vient de se percer naturellement. La SF est enjouée, le travail va certes devenir plus intense mais il va surtout s'accélérer !!!
Maman négocie encore pour ne pas être allongée mais le plus assis possible. C'est gênant pour les examens mais si Maman dort assise depuis trois semaines ce n'est pas pour le plaisir ! Maman a encore un petit bout de col, elle est à 6, ça avance.
A aucun moment la SF Nous a posé la question qui tue "péri ou pas ?" et Maman a apprécié. Après tout elle est bien assez grande pour la demander si jamais elle la veut.
A ce stade, Nous décidons de rester sur le lit et d'oublier le ballon. Les contractions sont toujours intenses mais toujours suffisamment espacées pour que Maman puisse gérer l'affaire. Alors, continuons ! La dernière consigne, appeler si ça pousse, y a plus qu'à !

Papa s'est essayé à un petit trait d'humour lors d'une contraction "elle était toute petite celle-là".
Maman est ouverte à l'humour même le plus pourri, mais APRES la contraction, pas pendant et Papa l'a vite compris ! "Encourage ton bébé à descendre au lieu de raconter de la merde !"
Effectivement, tout comme la SF, Papa n'a pas l'impression que Maman a mal. Elle souffle bien, de manière naturelle, la gestion est juste parfaite **un peu de fleur ça sent bon**. Mais il ne faut pas se fier aux apparences, ça fait très mal !!!
Les trois contractions suivantes sont monstrueusement douloureuses et poussent "toutes seules". Nous avons appelé la SF à chacune d'elle. Pilou4 est effectivement bien descendu, mais il reste encore un petit bout de col qui gêne. A la troisième, la SF décide de rester. Maman est placée en "position péridurale", complètement assise, les genoux bien relevés. Par rapport à ce que Maman avait raconté de son dernier accouchement, ça semble une position "aidante".
En attendant la prochaine contraction, tout le monde se prépare, s'habille, place les fameux étrillés... Maman entend encore la phrase du jour "je mets les étrillés mais on les installera tranquillement correctement après"... pouet pouet pouet...
La contraction arrive, Maman n'a pas le temps de dire OUF, elle sent son ventre qui est comme aspiré de l'intérieur, tout serré, une énorme poussée s'effectue mais sans la participation de Maman, une poussée autonome **esprit pousseur, sort de ce corps**.
Tout le monde se préparait et pourtant, tout le monde est pris au dépourvu ! Pilou4 arrive là maintenant tout de suite ! Les étrillés on s'en fout, les gants c'est pour les chochottes, bref, il est là...
Maman souffle et pousse **sait-on jamais ça peut aider quand même** les yeux fermés, faut rester concentrée, ce n'est pas le moment de lâcher.
A deux reprise, la SF demande à Maman de ne plus pousser. Maman s'exécute mais s'excuse aussitôt car ça pousse sans elle... La SF rigole et dit à Maman de ne pas s'inquiéter pour ça.
Il est 3H55, Maman a poussé trois fois et Pilou4 est déjà sur son ventre !!!
L'expulsion a été tellement violente que Papa n'a pas pu attraper Pilou4, mais il a bien coupé le cordon. Maman demande ce que c'est, mais la SF ne veut pas lui dire, elle Nous laisse découvrir... C'est un petit Garçon !!!
Il ne pèse QUE 3,760 kg mais Papa est fière et va s'en occuper le temps que Maman soit anesthésiée localement pour recevoir ses trois petits points de suture habituels.

Cet accouchement a vraiment été idéal jusqu'au bout et parfaitement compatible avec notre projet "sans péri". Un moment intensément magique pour démarrer notre vie à 6 !

Par contre, les points de suture sans péri, c'est vraiment le plus douloureux !!! Maman n'a pas laissé échapper un seul son pendant tout l'accouchement, mais a fait le tour de toutes les voyelles lors de la réparation...
Cette nouvelle page se sera faite bien attendre, mais ça y est, elle est tournée !

Voir les commentaires

2015-01-29T18:38:02+01:00

La petite incruste

Publié par GToch
La petite incruste

Pilou3 : DPA pour le 30 août 2013.

Maman est en arrêt depuis début mai et n'en peut plus. Il n'y a pas eu de soucis graves pendant cette grossesse mais elle a été physiquement éprouvante et douloureuse.
A la visite du 9ème mois l'interne pronostique 3,100 kg à terme. Lorsque le gynéco arrive, on rigole et Maman lui parie du 3,900 kg à J+2. Vue les précédentes grossesses il approuve.

Troisième accouchement et trois accouchements totalement différents.
Depuis 3 jours et 3 nuits Maman a des contractions absolument pas douloureuses mais suffisamment costauds pour la réveiller la nuit ou l'empêcher de marcher la journée. Sensation totalement nouvelle pour elle. Deux choses la hantaient : que Pilou3 arrive trop tôt, donc nounou ne serait pas revenue de vacances et que Pilou3 arrive trop tard, donc impossible d'assister à la 1ère rentrée scolaire de Pilou1.
Et finalement le 22 août à 6h30, Maman se lève pour un petit pipi, se recouche et une fois calée dans son coussin ça fait un petit craque et c'est tout humide. Elle jette un œil, une tâche de taille moyenne sur son coussin mais rien d'autre. Elle se lève pour voir si ça coule, mais non rien. Elle se recouche et réfléchit une petite demi heure. Finalement à 7h, Maman réveille Papa en lui expliquant la situation. Nounou est rentrée hier donc tout va bien.
Nous décidons de passer à la mat pour vérifier car les contractions sont certes absolument pas douloureuses mais relativement régulières. Donc pas de panique, Maman appelle nounou **heureusement qu'elle a le téléphone dans sa chambre**, Nous petit déjeunons tranquilou et à 8h Nous réveillons les Pilous pour les déposer. Maman est un peu gênée devant nounou et espère vraiment ne pas l'avoir déranger pour rien pendant ses congés.
Sur la route, Maman appelle la mat par courtoisie, pour les prévenir de notre arrivée.
Toujours pas de douleur mais principalement de la gêne. Après un petit examen vers 9h, Maman n'a effectivement pas rompu la poche des eaux mais percé la première membrane. Ouf Maman n'a pas réveillé nounou pour rien car au maxi dans 48h elle accouche peu importe la manière. Mais la SF est plutôt confiante vue la régularité des contractions.
Et effectivement les douloureuses arrivent progressivement. Nous gérons bien le travail avec Papa. Ballon pour Maman et massages de Papa. La SF nous accompagne pleinement dans notre projet "sans péri".
Vers 13h Nous nous déplaçons tranquillement en salle d'accouchement. Est-ce le fait d'avoir marcher entre la salle de travail et la salle d'accouchement mais à 13h30 Maman appelle à l'aide. Les contractions sont suffisamment espacées pour pouvoir récupérer mais elles sont devenues MONSTRUEUSES. Le ballon ne fait qu'empirer les choses et les massages n'ont plus aucun effet. On examine pour faire le choix de la péri ou non. Verdict : ouvert à 4 et la poche se perce. Ça ne va pas être possible, Maman ne compte pas rester 2h encore avec ces contractions horribles. La SF est d'accord avec Maman, elles sont vraiment très fortes donc pas de stresse Nous avons bien bossé, on pose la péri.
La pose est plutôt lente justement à cause de la force des contractions. En plus Papa est frustré car il craint que la péri ne ralentisse le travail et qu'il "perde" encore son temps **toujours aussi égoïste dans le fond**. Pour se soulager des contractions, assise sur le bord de la table, Maman prend appui sur ses poings et soulève ses fesses. En gros 0 pression et ça l'aide beaucoup. Avec le recul Maman pense que c'est un accouchement qui aurait été royal debout...
La péri est posée à 14h10. Elle ne fait pas encore effet. Papa revient de sa pose cigarette. Maman promet à l'anesthésiste d'allonger les jambes dès la fin de la contraction pour qu'il puisse faire ses tests pour vérifier l'effet du produit. Mais il n'en aura pas l'occasion...
Tout le monde est pépère sauf Maman, une grosse contraction avec une "poussée naturelle". Maman a dû dire un truc du genre "non, y a le bébé".
SF : "vous êtes sûre ?", petit coup d’œil furtif, "ah oui bébé est là" **sans blague**.
Maman avait encore la culotte filet pour maintenir les capteurs.
"va falloir lever les jambes pour enlever la culotte" Maman a répondu "non" dans le sens où elle n'arrivait à lever les jambes car elle avait besoin de pousser et la bonne petite réponse "mais si va falloir car on accouche pas avec une petite culotte"
Bref dialogue de sourd, petite culotte enlevée, Papa attrape Pilou3 à 14h18, le pose sur le ventre de Maman et c'est un petit garçon ! Nous avions gardé le sexe mystère mais Nous sentions une petite fille... Il y a donc eu au moins 3 secondes de flottement pour réaliser qu'il y avait bien un petit zizi !
Maman a coupé le cordon **chose dont elle n'a absolument aucun souvenir** et Nous sommes partis pour ne plus nous quitter. Papa a été faire la pesée, verdict : 3,850 kg **Maman est plus douée que l'interne**.
Pour la SF c'était une première sans gants car elle n'a pas eu le temps de les mettre. Mais elle s'est dépêché de le faire car le placenta est arrivé direct et c'est quand même pas très ragoutant.
Donc pour la SF nous avons été au bout de notre projet "sans péri" mais Maman n'est pas totalement convaincu. La péri aura au moins été utile pour les petits points de suture.
Une nouvelle grossesse se termine pour laisser place à une nouvelle page de vie à 5.

Le souvenir le plus bizarre restera celui de l'anesthésiste, totalement impassible à la situation et demandant simplement s'il doit appuyer sur le bouton ou non !

Voir les commentaires

2015-01-29T18:14:00+01:00

La fierté de Maman : la parité

Publié par GToch
La fierté de Maman : la parité

Pilou2 : DPA pour le 1er mai 2012.

Le sexe devait être une surprise mais pour la dernière écho Pilou1 avait craqué et était trop fière de montrer son petit kiki. Cette fois-ci, c'est une surprise et jusqu'au bout voir plus...

Tout comme le 1er, attention grossesse MAP... Donc mi-mars papy et mamie viennent chercher Pilou1 pour que Maman se repose au maximum. La séparation et très dur, il n'a que 18 mois, mais elle est nécessaire voir même indispensable. Mais Maman s'ennuie vite. Le repos est obligatoire mais la voiture est toujours autorisée donc Papa et Maman ont compensé 18 mois de sortie resto et de cinéma.
Hormis cette nécessité de repos, cette seconde grossesse s'est également très bien déroulée. Maman a suivi la même préparation en couplant cette fois avec du yoga prénatal. Ça lui a fait beaucoup de bien, car l'insouciance de la 1ère grossesse lui avait permis de rester très sereine, mais les connaissances et l'ensemble des informations apprises par la suite l'ont énormément stressée cette fois-ci.

Le jour J :
1er mai, il ne se passe rien à 8h du matin Maman appelle la mat "Ecoutez, rappelez demain pour prendre RDV pour un monito"... et là c'est le drame... La séparation dure déjà depuis un mois et demi, un jour de plus ce n'est pas possible. Maman pleure toutes les larmes de son corps. Papa prépare un bon bain pour relaxer maman. Mais dans une baignoire sabot et sans eau chaude c'est pas gagner Maman arrive a trouver une position pour se caler dans la baignoire et Papa apporte des casseroles d'eau chaude. Mais Maman est trop énervée. Il fait super beau, alors l'aprem grosse balade à Auxerre avec Papa et le futur parrain. Dans le parc beaucoup de passants nous interpellent pour savoir à quand la naissance. Lorsqu'ils apprennent "aujourd'hui" ils sourient et croisent les doigts.
Le soir Maman profite de la "vraie" baignoire de parrain et prend un bon bain bien chaud. Toujours aucun signe physique **pas grave nous sommes habitués** et pour une fois que Maman peut prendre un bain. Nous passons une bonne soirée et nous rentrons.
2h du matin, une contraction douloureuse. Maman se réveille, elle sait que c'est parti mais attend un peu... En suite 2h30, 2h45, 3h puis toutes les 10 minutes... Ça fait mal, oui, mais ça reste gérable. Maman appelle la mat (uniquement par soucis de courtoisie car elle sait que c'est pour maintenant) "Prenez un bain **oups pas de baignoire**, prenez des spasfon et dans une heure si ça ne passe pas vous venez". Papa est en colère mais Maman s'en fiche. Elle dit à Papa de boire un café et nous y allons car il y a toujours 45min de route. Maman va aux toilettes, un peu de sang, elle sait que c'est vraiment pour bientôt, il faut partir.
Nous arrivons à 4h à la mat. Cette fois Nous ne nous garons pas, Papa amène Maman directement devant la porte de la mat. Nous y allons au ralenti car il faut s'arrêter pour laisser passer la contraction. Arrivée en salle, toujours les formalités d'usage "DPA prévue pour... hier, **sans commentaire**"
Examen : ouvert à 7 mais on ne saura pas cette fois si Pilou2 aura des cheveux. Du coup trois options :
1 - on rompt la poche des eaux et accouchement possible en 10 min.
2 - on attend tranquillement.
3 - on attend tranquillement avec la péri car la poche n'est pas rompue donc on peut se le permettre.
Nous choisirons l'option 3, car Maman a un mauvais pré-sentiment. Mais elle est contente car cette fois Papa a bien joué son rôle.
5h la périe est posée, Maman n'a plus mal et Papa est soulagé. La péri est assez légère maman peut accompagner chaque contraction de petite poussée pour aider Pilou2. 8h55 Nous savons pourquoi Maman voulait la périe cette fois-ci. Une énorme douleur, aucun rapport avec les contractions. On augmente la périe pour en être sûr, oui, aucun rapport avec les contractions. C'est surement Pilou2 qui est un peu mal placé. Du coup, contraction ou pas, peu importe il faut que Pilou2 sorte pour faire partir cette douleur. Et à nouveau 1, 2 et 3 et Maman attrape son Pilou2 et plus aucune douleur. Papa coupe le cordon et dans l'excitation du moment, nous avons oublié de regarder le sexe. Un petit coup d’œil rapide, c'est une fille !
Et tout comme la fois précédente, la suite c'est très bien déroulée.
9h05, un autre petit paquet de 51 cm et 3,810 kg pour 200% de bonheur. **cette fois aucune prévision du poids !!!**
Par contre aucun regret sur la périe cette fois-ci.

Voir les commentaires

2015-01-29T17:54:00+01:00

La fierté de papa : l'héritier ;)

Publié par GToch
La fierté de papa : l'héritier ;)

Pilou1 : DPA le 5 septembre 2010

La grossesse s'est très bien passée. Un petit stress au 5ème mois... mais très vite réglé et le gynéco n'est pas trop entré dans les détails. En lisant son dossier après l'accouchement, Maman pense qu'il a eu raison de ne rien lui dire car elle a passé sa fin de grossesse très décontractée sans vraiment chercher à comprendre pourquoi son dossier était étiqueté MAP.

Maman a suivi une prépa à l'accouchement avec une SF libérale utilisant la sophro. C'est une méthode qui lui convient parfaitement.

Le jour J :
"Future" Maman téléphone au gynéco le vendredi 3 septembre car jusque là **avec le parcourt 100% prématurité de la mamie** l'idée d'arriver à terme voir même de faire du rab n'avait traversé l'esprit de personne. En gros "si le 5 rien ne se passe, appelez tranquillement la mat le 6". OK, Maman note, on verra bien...
Papa étant égoïste sur les bords mais sans le vouloir le 4 Nous partons à 2h de voiture pour voir une expo de ... trucs ... Bref Maman est sur le point d'exploser mais toujours pas de signe physique donc très sereine. Le soir Papa décide de sortir au pub **à 5min en voiture, égoïste mais pas inconscient** et Maman va tranquillement se reposer après sa longue journée. A minuit pour une fois Papa pense à envoyer un SMS pour signaler qu'il s'amuse bien et qu'il va rester jusqu'à la fermeture. Maman se réveille, lit le message, souris et éteint le téléphone. Et là "CRAC", Maman le sait mais fait semblant de croire que non. Elle se lève pour voir si avec la gravité ça coule et oui. Donc on ne fait plus semblant. Maman appelle Papa mais avec la musique il n'entend rien. Maman s'énerve et allume le pc pour trouver le pub dans les pages jaunes... Le temps de l'allumage, elle va se préparer au toilette et retente sa chance pour joindre Papa. Victoire, mais la conversation est hors du temps "Faut que tu viennes. - Maintenant ? - Non demain pour lui dire bonjour ...". Bref, Papa arrive. Nous emballons le siège de plastique car ce n'est plus quelques gouttes mais un flux interminable. Les affaires sont déjà chargées depuis plusieurs jours.
Arrivés sur le parking de la mat à 1h45 **45 min de route tout de même** hormis l'eau aucun autre signe physique, donc Maman est détendue et aide même Papa à porter les affaires. Nous rencontrons des pompiers à l'entrée qui se moquent de Papa car d'après eux ils devront bientôt intervenir pour "broyage de main". Bref, Nous arrivons à la mat, les formalités d'usage puis l'examen : toujours zéro douleur, Maman ne ressent pas les contractions qui forcément sont là puisque ça travail. Bref ouverture à 3, Pilou1 est prêt et sera chevelu. Au touché la SF annonce 3,8 kg. Impossible depuis 9 mois le gynéco prédit une crevette de même pas 3 kg, mais la SF est sûre de son coup "crevette oui mais de 3,8 kg".
Pour la péri pour l'instant c'est non, Maman n'a pas mal. Après les premières contractions, l’anesthésiste est passé 3 fois mais Maman reste ferme. A 5h et au quatrième passage Papa craque "Faites lui la péri moi j'en peu plus" **En fait c'est une blague, Maman ne décide pas toujours de tout**. Donc Maman se range du côté de Papa et la péri est posée. La SF n'est pas très contente car elle trouve qu'à 6 ça n'avance plus... Elle changera d'avis 15 min plus tard car c'est le moment de poussée. 1, 2 et 3 et Maman attrape son Pilou1. Papa a tout vu, il a presque pris la place de la SF pour "bien" voir et lui a rappelé au moins 10 fois que c'était lui qui couperait le cordon.
Voilà, il est pile 9h00, nous sommes trois dont un paquet de 51cm et 3,690 kg de pur bonheur **Trop balaise la SF à 110 g près** La suite s'est déroulée comme l'accouchement, nickel et sans soucis...
Seul petit regret, Maman reste persuadée que la péri n'était pas indispensable pour cette fois.

Voir les commentaires

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog