Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

2018-03-30T13:00:00+02:00

Le ou La Prof de la Vie de Maman {Défi}

Publié par GToch

Vous comprendrez aisément qu'avec un titre pareil, Maman était obligée de répondre présente pour ce défi. Même si il faut être honnête, elle a réfléchi longuement...
Rassembler ses souvenirs, ses ressentis, ses émotions... ça demande de l'énergie et en particulier sur des périodes pas toujours très glorieuses, comme le collège par exemple, des périodes que Maman aimerait simplement oublier dans sa quasi totalité.
Mais peu importe, libre à elle de Vous en dévoiler une petite partie et d'enfouir le reste gentiment, en attendant un prochain défi nécessitant de remuer tout ça encore une fois.

A force de réfléchir, Maman en a même trouvé DEUX !
Elle avait prévu d'en choisir une seule, mais chacune de ses deux personnes est tellement différente de l'autre... Elles ont toutes les deux beaucoup apporté à Maman mais pas de la même manière, pas au même moment et pas sur le même terrain.
Alors finalement, Maman a décidé de Vous parler de chacune d'elle...

 

 

Madame T

Durant les années collèges, Maman avait comme encore chaque élève aujourd'hui, une heure d'Arts Appliqués. Malheureusement, aucun enseignant de cette matière n'était présent au collège. Elle a donc eu des enseignants d'autres matières sur ce créneau.
A l'exception de la 6ème où cet enseignant était son prof principal et son prof de maths **sans grand suspense, Nous avons eu cours de maths à la place**, les autres ont tous joué le jeu et ont essayé au mieux de Nous faire passer une heure hebdomadaire agréable sans trop rentrer dans les détails d'un programme qui leur était complètement opaque **à chacun son métier**. Finalement, c'est l'année de la 5ème qui emporte ce premier prix !

Madame T a donc assuré nos cours d'Arts Appliqués pendant un an.
Elle était prof de français et rien qu'à la lecture de son nom, elle faisait trembler les élèves les plus durs du collège.
Maman ne l'a jamais eu en français. Elle ne connaissait d'elle que les bruits de couloir, les légendes urbaines, le folklore qui accompagnait son nom.
Mais le jour de la rentrée, lors de la distribution des emplois du temps, à l'énoncée de son nom, toute la classe a cessé de respirer.
Qu'allait-elle bien pouvoir Nous faire faire ?
Comment allait-elle Nous considérer, une heure par semaine ?
Était-elle le Monstre à la hauteur de sa réputation ?

N'ayant finalement jamais eu de "véritables" cours d'Arts Appliqués, ceux sont les meilleurs heures de cours que Maman n'ai jamais eu.
A peine rentrée dans la salle, à peine installée, que "Drriiinnnnggggg", la sonnerie se faisait déjà retentir, Maman n'avait pas vu l'heure passer.
En une année, Madame T n'a jamais élevé la voix avec Nous. Les cours était d'un calme olympien **certainement merci la réputation de Madame T**. Sa voix était douce **rien à voir avec sa grosse voix que Nous entendions du fond du couloir**. Après Nous avoir donner les consignes du travail du jour, elle Nous lisait des histoires jusqu'à la sonnerie. Elle plongeait la classe dans une douce ambiance. Les bons, les moins bons, les sages, les sauvages... Tous Nous écoutions les récits qu'elle Nous contait.

Aujourd'hui, Maman retiendra de cette enseignante plusieurs choses.
Une même personne peut avoir plusieurs facettes. Chacune de ces facettes a son importance et c'est à Nous de savoir les utiliser à bon escient.
Le métier d'enseignant est une boule à facette. Quelqu'un de monochrome ne pourrait pas exercer ce métier. Il faut avoir la possibilité de s'adapter à chaque public, à chaque heure, à chaque individualité, à chaque groupe.
Il faut savoir être sévère, juste, doux, carré, tolérant, drôle, froid, patient, curieux, bienveillant et sans pitié à la fois...
Il ne faut pas hésiter à sortir des sentiers battus, sortir de sa zone de confort, pour faire découvrir de nouveaux horizons aux élèves. Parce que tous ces horizons différents ne sont en fait qu'une même ligne horizontale plus ou moins lointaine.
Et derrière chacune de ces facettes se cache une personne incroyable.

Si Madame T se reconnait en ces quelques lignes et qu'elle passe par ici, Maman aimerait lui dire que si il y a bien une heure pendant laquelle elle se sentait bien **et pendant ses quatre années de collège, ce n'est pas rien de le dire**, c'était cette heure d'Arts Appliqués.
Les mythes et légendes sont ce qu'ils sont, Maman l'a trouvée juste incroyable !

 

 

Madame P

Nous changeons totalement de décor et de vision.
Nous voilà lors de l'année de titularisation **en réalité Maman a eu besoin de deux années de titularisation, mais qu'importe...**. Maman est l'une des dernières à avoir connu l'IUFM.
Si elle n'a absolument aucun doute sur l'utilité de la préparation au concours, elle émet de grosses réserves sur la formation liée à la titularisation. Même si ces deux années n'ont pas été toutes roses, elles n'arrivent quand même pas à la hauteur des années collège et Maman a rencontré des gens formidables **un peu**.
Parmi ces gens, une personne sortait clairement du lot, Madame P.

Des heures de formation par des personnes ne s'étant jamais retrouvées devant des élèves, Maman en a eu.
Des heures de formation par des spécialistes de la petite enfance qui viennent étaler leur savoir alors que Maman a en face d'elle des adolescents en mal d'existence, elle en a eu.
Des heures à se demander ce qu'elle faisait là, elle en a eu.
Mais au milieu de cette fumisterie, il y a eu Madame P.
Madame P enseignait dans un collège avec passion et c'est avec cette même passion qu'elle venait rendre compte à l'IUFM de toute son expérience.
Elle avait certainement plus d'heure d'enseignement derrière elle que devant, mais la flamme des premiers jours, celle qui Nous pousse à passer ce fichu concours, Maman pouvait la voir dans ses yeux. Telle la flamme olympique, rien ne pouvait la faire vaciller.
Madame P parlait programme et théorie d'éducation, mais elle transmettait surtout toute son expérience. Ce qu'elle avait lu et entendu lorsqu'elle était à la place de Maman, elle l'avait testé, avec différents élèves, sur différents niveaux... Elle parlait de ce qui avait marché mais aussi et surtout de ce qui avait complètement foiré. Elle racontait, analysait, partageait... et surtout elle attendait un retour de la part de ses stagiaires. Nous n'étions pas dans la contemplation d'une méthode miracle, Nous participions à son élaboration.

Aujourd'hui, Maman repense encore souvent à Madame P.
Tout doit être testé plusieurs fois, dans différentes conditions avant de pouvoir être validé. Et même une fois validé, rien n'est infaillible. L'enseignement est un éternel recommencement, tous les ans, chaque rentrée.
Il faut être ouvert à la critique, toutes les critiques constructives. Ceux sont les critiques qui enrichissent un enseignement.
La passion est la clé.
La clé pour se lever le matin.
La clé pour transmettre le savoir.
La clé pour simplement ouvrir cette salle de cours où Maman va rester enfermée la matinée et enchaîner des rires, des pleurs, des cris et au milieu de tout ça un peu de maths quand même.
Non, Nous ne sommes pas sur un pied d'égalité avec nos élèves, chacun sa place. Mais ça n'empêche pas le respect de ce qu'ils représentent et l'envie de constamment s'améliorer pour Nous, pour Eux, pour le métier.

Si Madame P se sent toute chose face à ces mots car elle se sera reconnu parmi certainement des milliers de milliers de Madame P existantes, Maman aimerait lui dire que le corps enseignant manque cruellement de flamme qui lui ressemble. Malgré la fermeture des IUFM, Maman espère qu'elle a encore la possibilité de transmettre cette petite flamme à de nouveaux titulaires lâchés dans la fausse aux lions, tout seul face au reste du monde.

Voilà pour sa petite participation au défi de Maman Lempicka.
Et Maman espère qu'un jour, avec la foule de lycéens boutonneux en mal d'existence qu'elle aura croisée, il y en aura au moins un pour avoir une pensée de la sorte à son égard...

Voir les commentaires

commentaires

M
Heureusement qu'il y en a qui arrive à relever ce défi et qui retrouvent des personnes qui les ont profondément marqués ! j'aurais aimé croiser ces profs pendant ma scolarité... maintenant je compte sur mes enfants ! ;)
Et comme tu dis, cette flamme de la transmission est remarquable quand on la voit toujours pétiller dans les yeux d'un prof !
Répondre
G
Ils en rencontreront forcément au moins un ;)
En plus tu as quatre fois plus de chance <3
M
Quel bel hommage à ces deux personnes ! Les profs passionnés sont clairement les plus marquants. Je pense que la passion, la flamme comme tu le dis est indispensable dans ce métier. Que ce soit pour tenir sur la longueur, ou pour passionner à leur tour, les élèves !

Bises
Virginie
Répondre
G
Je suis sûre que tout le monde avait cette flamme au départ. Mais il faut reconnaître que les conditions de travail ainsi que certaines équipes **direction ou pédagogique** ne favorisent pas son maintien. Mais je te laisserai te faire ton propre avis sur la situation le moment venu ;) je croise les doigts ♡
M
Merci pour cette très belle participation à mon défi! Je reconnais beaucoup ta madame P. dans ma madame S. Un îlot de compétence dans un océan de fumisterie. Et je ne savais même pas qu'on pouvait réquisitionner des profs pour enseigner d'autres matières que la leur...Ca devait donner avec certains!
Merci aussi pour ta façon de transférer ce que tu as appris de ces personnes à ton quotidien de prof...J'ai plus de mal à le faire, mais tu sais pourquoi ;-)
Répondre
G
C'est avec plaisir que J'ai participé. Après J'ai écrit comme C'est venu :D

Girl Gift Template by Ipietoon - Hébergé par Overblog